Afghanistan: Supreme Court bans cable TV



21 January 2003
International Secretariat
Asia-Pacific Desk

Reporters Without Borders (Reporters sans frontières) said today it was 
very worried about obstruction of free media growth in the wake of the 
Supreme Court¹s 19 January outlawing of cable television in Kabul after 
complaints that some programmes were "anti-Islamic." Last month, the court 
banned the only cable operator in the eastern city of Jalalabad.

The organisation called on information and culture minister Sayeed Makhdoom 
Raheen to see that the cable broadcasting licences issued by the government 
of President Hamid Karzai were respected. It said it was "shocked" that an 
Afghan court was using the same arguments as the fallen Taliban regime to 
deprive Afghans of entertainment and news programmes.

Chief Justice Mawlazi Fazl Hadi Shinwari said he had acted for religious 
reasons. People had complained about "half-naked singers and obscene 
episodes in movies," he said.  "We are Afghans and Muslims, with Islamic 
laws and values. We had to issue this order. Now the government must 
enforce it," he said.

Police shut down five cable TV operators in Kabul on 19 January, but the 
information minister publicly opposed their action, saying only his 
ministry had the authority to do this. "Our policy towards cable TV is one 
of freedom but they must also obey the new media law," he said. "Of course, 
stations that are anti-Islamic or against Afghan traditions will be forbidden."

The five cable operators called the ban "unjust." Said Mostafa, head of 
Star Cable Network, said government officials had asked him to shut down 
until clear rules were drawn up about the content of programmes.

Cable TV appeared in Kabul in late 2001 after the fall of the Taliban, who 
had banned television as being against Islam teachings. The stations, which 
broadcast news, music, sport and films, have quickly become very popular.

---

AFGHANISTAN

La Cour suprême interdit la télévision par câble

La Cour suprême d¹Afghanistan a interdit, le 19 janvier, la télévision par 
câble, suite à des plaintes relatives aux contenus des programmes de 
certaines chaînes qualifiés d'"anti-islamiques". Un mois auparavant, cette 
même Cour avait interdit le seul opérateur de télévision câblée de la ville 
de Jalalabad (est du pays).

Reporters sans frontières est très préoccupée par les récentes décisions 
des autorités judiciaires d'Afghanistan qui tentent de mettre à mal le 
développement des médias dans le pays. L¹organisation a demandé au ministre 
afghan de l¹Information et de la Culture, Sayeed Makhdoom Raheen, de faire 
respecter la validité des licences de diffusion accordées par le 
gouvernement d'Hamid Karzaï aux opérateurs de câble. Notre organisation est 
choquée de voir la justice afghane utiliser les mêmes arguments que les 
taliban pour priver la population de programmes de divertissement et 
d'information.

Mawlazi Fazl Hadi Shinwari, président de la Cour suprême d¹Afghanistan, a 
expliqué à la presse que l'interdiction du 19 janvier est motivée par des 
arguments religieux. "Des personnes se sont plaintes de la diffusion de 
films pornographiques et anti-islamiques sur les chaînes diffusées par le 
câble. Nous sommes Afghans, musulmans, nous avons des lois et des valeurs 
islamiques dans notre pays (Š) Il est de notre responsabilité de prendre 
cette décision. C¹est maintenant au gouvernement de la mettre en ¦uvre".

La diffusion de la télévision par câble a été interrompue, le 19 janvier, 
par la police qui a fermé les cinq opérateurs de Kaboul. Le ministre de 
l¹Information s'est opposé publiquement à cette interdiction en affirmant 
que son ministère est le seul en charge d'autoriser ou d'interdire les 
opérateurs. "Notre politique pour le câble est une politique de liberté, 
mais aussi de respect d¹une nouvelle législation que nous venons 
d¹élaborer. Bien entendu, les chaînes anti-islamiques et contraires aux 
traditions afghanes seront interdites." Cette affaire sera débattue lors de 
la prochaine réunion du cabinet du ministère de l¹Information, le 27 janvier.

Les cinq opérateurs de câble de Kaboul concernés par cette interdiction ont 
qualifié cette décision d'"injuste". Said Mostafa, directeur de Star Cable 
Network, titulaire d'une licence, a déclaré que les autorités lui ont 
demandé de cesser la diffusion dans l'attente de règles claires sur le 
contenu des programmes.
Les chaînes câblées sont apparues à Kaboul à la fin de l¹année 2001, après 
la chute du régime des taliban, sous lequel la télévision, considérée comme 
contraire aux enseignements islamiques, avait été totalement interdite. 
Consacrées à la musique, au sport et au cinéma, ces chaînes sont devenues 
rapidement très populaires en Afghanistan.

--
Vincent Brossel
Asia - Pacific Desk
Reporters Sans Frontières
5 rue Geoffroy Marie
75009 Paris
33 1 44 83 84 70
33 1 45 23 11 51 (fax)
asia@rsf.org
www.rsf.org



========== HURIDOCS-Tech listserv ==========
Send mail intended for the list to <huridocs-tech@hrea.org>.
Archives of the list can be found at:
http://www.hrea.org/lists/huridocs-tech/markup/maillist.php
To subscribe to the list, send a message to <majordomo@hrea.org>,
with the following text in the message: subscribe huridocs-tech
To unsubscribe from the list, send a message to <majordomo@hrea.org>,
with the following text in the message: unsubscribe huridocs-tech
If you have problems (un)subscribing, contact <owner-huridocs-tech@hrea.org>.


[Reply to this message] [Start a new topic] [Date Index] [Thread Index] [Author Index] [Subject Index] [List Home Page] [HREA Home Page]